L’Ostentation – Tome 2 – Spiritualité Musulmane – Lyess Chacal

4,80

Après l’orgueil (kibr), l’ostentation (riya’) eût un autre des vices de l’âme condamnés par l’islam. Il y occupe une place singulière en ce sens que la dévotion empreinte d’hypocrisie exclut du cercle des croyants toute personne qui s’y adonnerait. C’est du moins le jugement d’Abú Hamid al Gazali (1058-1111) célèbre penseur et théologien qui rédigea, entre autres, son non moins célèbre lhya’ ‘ulúm al din (Revivification des sciences de la religion) et dans lequel al Gazali a consacré un Traité entier à la condamnation de l’ostentation (riya’).
Il prend, comme souvent, le Prophète à témoin. Ce dernier avait, en son temps, confié ses inquiétudes à ses Compagnons en ces propos : “ce que je crains le plus pour vous, c’est la petite association (shirk asghar). Les Compagnons interrogèrent : “mais qu’est-ce donc que la petite association, ô Messager de Dieu ? ” Il répondit : “la dévotion empreinte d’ostentation et d’hypocrisie.”” Ceci montre l’importance de purifier ses intentions dans la pratique de la prière, du jeune ou du pèlerinage par exemple puisque ces dévotions ne doivent pas être les instruments de la volonté narcissique de l’individu soucieux de se montrer pieux aux yeux des autres alors que Dieu connaît le mieux la nature de ses intentions.

Disponible: En stock

Après l’orgueil (kibr), l’ostentation (riya’) eût un autre des vices de l’âme condamnés par l’islam. Il y occupe une place singulière en ce sens que la dévotion empreinte d’hypocrisie exclut du cercle des croyants toute personne qui s’y adonnerait. C’est du moins le jugement d’Abú Hamid al Gazali (1058-1111) célèbre penseur et théologien qui rédigea, entre autres, son non moins célèbre lhya’ ‘ulúm al din (Revivification des sciences de la religion) et dans lequel al Gazali a consacré un Traité entier à la condamnation de l’ostentation (riya’).
Il prend, comme souvent, le Prophète à témoin. Ce dernier avait, en son temps, confié ses inquiétudes à ses Compagnons en ces propos : “ce que je crains le plus pour vous, c’est la petite association (shirk asghar). Les Compagnons interrogèrent : “mais qu’est-ce donc que la petite association, ô Messager de Dieu ? ” Il répondit : “la dévotion empreinte d’ostentation et d’hypocrisie.”” Ceci montre l’importance de purifier ses intentions dans la pratique de la prière, du jeune ou du pèlerinage par exemple puisque ces dévotions ne doivent pas être les instruments de la volonté narcissique de l’individu soucieux de se montrer pieux aux yeux des autres alors que Dieu connaît le mieux la nature de ses intentions.

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Seuls les clients connectés ayant acheté ce produit ont la possibilité de laisser un avis.

Vous aimerez peut-être aussi…

  • Plaire aux autres plutôt qu’à Dieu – Tome 3 – Spiritualité Musulmane – Lyess Chacal

    4,50

    Les vices de l’âme sont légion et pourtant, leur connaissance s’impose pour qui veut gagner la félicité éternelle et ne pas s’exposer à un châtiment douloureux. C’est en substance ce que considère Abu Hamid al Gazali (1058-1111) célèbre penseur et théologien qui rédigea, entre autres, son non moins célèbre lhya’ ‘ulum al din (Revivification des sciences de la religion) et dans lequel al Gazali a consacré un Traité entier à la condamnation du jah ou comment chercher la reconnaissance d’autrui plutôt que la reconnaissance divine.
    Gazali s’est intéressé à cette partie obscure de l’âme qui s’éloigne de Dieu pour se rapprocher des hommes “troquant” la satisfaction divine contre la satisfaction d’autrui. Il met en lumière la façon dont l’individu prend conscience de sa singularité et les “Stratégies” et ruses auxquelles il va recourir pour s’imposer aux autres et disputer, dans le coeur de ses semblables, la place en théorie réservée à Dieu.
    Les analyses développées dans le présent ouvrage suivent pas à pas la pensée de Gazali et mettent en relief toute la dimension psychologique du musulman confronté, notamment, aux assauts de ses propres passions.

    Ajouter au panier
  • L’Orgueil et l’Admiration de Soi – Tome 1 – Spiritualité Musulmane – Lyess Chacal

    5,70

    Si, de tous les vices de la nature humaine, l’orgueil est le vice le plus connu et le plus condamné par les différentes Traditions religieuses monothéistes, il est aussi le vice le plus répandu. La Tradition islamique est riche d’écrits en tous genres sur ce sujet et l’auteur a ici fait le choix de s’intéresser plus particulièrement à la pensée d’Abu Hamid al Gazali (1058-1111) célèbre penseur et théologien qui rédigea, entre autres, son non moins célèbre Ihya’ ulum al din (Revivification des sciences de la religion) et dans lequel al Gazali a consacré un Traité entier à la condamnation de l’orgueil (kibr) et de l’infatuation (‘ujb).

    Ajouter au panier
  • Se laisser duper par l’ici-bas et le Diable – Tome 4 – Spiritualité Musulmane – Lyess Chacal

    5,90

    Les vices de l’âme qui naissent des passions, en particulier, tirent leur source de l’attrait qu’exerce la vie d’ici-bas sur l’âme. Ces passions auraient très bien pu être sans conséquence si elles n’étaient pas attisées par le Malin démon, celui-là même qui jura d’égarer la progéniture d’Adam. Lyess Chacal, en s’appuyant, pour ce faire, sur la pensée d’Abu Hamid al Gazali (1058-1111) célèbre penseur et théologien qui rédigea, entre autres, son non moins célèbre Ihya’ ‘ulúm al din (Revivification des sciences de la religion), expose comment ici-bas et démon forment un “couple” redoutable pour tromper l’homme et le pousser à s’illusionner quant à la réalité de la vie d’ici-bas.

    Ajouter au panier
  • La perle précieuse

    5,80

    La perle précieuse d’après Abu Hamid Al-Ghazali: L’imam Abû Hâmid Al-Gahzâlî décrit les états des hommes face à la mort, leur périple dans le monde de l’intervalle (barzakh), ainsi que l’avénement de l’heure où ils devront se tenir devant leur Seigneur Dieu pour le jugement qui scellera à jamais leur destin éternel.

    Ajouter au panier